DESI - DO IT FOR THE CULTURE

FR - FRANCE

Un garçon convenable : le fameux livre de Vikram Seth adapté en série télévisée pour la BBC

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Lata
Un garçon convenable avec l'actrice Tanya Maniktala

Dans l’Inde postcoloniale s’entremêle amour, religion et politique. Lata est une jeune étudiante brillante en littérature anglaise. Elle tombe sous le charme du jeune Kabir, c’est le coup de foudre. Seule ombre au tableau, Kabir est musulman alors que Lata est hindoue. Sur fond d’idylle interreligieuse dans un pays où cela est tabou, voir quasiment impensable en 1950.

Lata doit choisir un garçon convenable

Cette romance est dès lors impossible, mais Lata ne se laisse pas abattre pour autant. Elle veut vivre son histoire d’amour. C’est sans compter sur sa mère ultra possessive aux valeurs traditionnelles, qui gère la vie de ses enfants d’une main de fer. Apprenant que sa fille fréquente un jeune musulman et pour éviter le scandale, la mère de Lata décide qu’il est grand temps de la marier, et est a la recherche d’un prétendant qui convienne à sa fille.

Lata
Tanya Maniktala est Lata dans l’adaptation télévisée du roman de Vikram Seth actuellement disponible sur la plateforme Netflix

Lata doit choisir entre les soupirants qu’on lui impose. Elle est tiraillée entre Kabir, son coup de foudre (mais) de confession musulmane, Haresh, un jeune industriel et Amit, un poète, sensible à la littéraire érudite qu’est la jeune fille. Lata veut être maitresse de son destin mais dans la limite des choix qu’on lui assigne, elle doit choisir entre son coeur et sa raison suivant les convenances.

Bisexualité existante dans une société conservatrice

Maan, quand à lui, entame une relation controversée avec une tawaif de renommée. Une tawaif était une courtisane mais aussi une artiste réussie qui s’adressait et divertissait la noblesse, en particulier à l’époque moghole. Les tawaifs excellaient dans la musique, la danse (mujra), le théâtre et la tradition littéraire urdu. Aussitôt appelée la « langue des poètes », qu’elles mettaient à profit à travers l’héritage considérable de la poésie moghol.

Cette relation entre une femme de cette condition et le fils d’un politicien suscite l’indignation, dans une société ou le regard permanent des autres comptes. Par ailleurs, notons la volonté des scénaristes de mettre en lumière une certaine tension sexuelle entre Mann et son meilleur ami Firoz, sans doute pour montrer une bisexualité existante dans une société conservatrice.

Idylle entre Ishan et Tabu
Ishaan Khatter et Tabu dans Un garçon convenable

Occidentalisation frappante

En dépit d’un début de certaines idées féministes, il faut évidemment remettre le livre dans son contexte historique et social, nous sommes en 1950. La série met en lumière clairement l’utilisation des conflits et des tensions religieuses à des fins politiques. Les personnages viennent tous de milieu plutôt aisés, éduqué, et forment une certaine élite émergente dans cette Inde indépendante naissante. Parlant tous et uniquement l’anglais en étant pas mal occidentalisés, ils se distinguent de la majorité des Indiens. Nous avons parfois même l’impression de ne pas être en Inde mais dans un comté de Grande-Bretagne.

Produit par la BBC, les réalisateurs disposent de moyens conséquents pour que l’atmosphère du livre ressorte a l’écran. Et c’est plutôt réussi, quitte à être parfois légèrement kitsch. Côté casting, la fraicheur et le naturel de l’actrice principale Tanya Maniktala capte la caméra et a marqué les professionnels de la profession, nous la retrouverons bientôt dans le film de Santosh Sivan, Mumbaikar.

« Filles et fils de »

Quant à Ishaan Khatter ce type de projet plus indépendant et loin des industries bollywoodiennes lui permet de s’émanciper de cette étiquette et de solidifier sa jeune carrière notamment, après les nombreuses polémiques et appel aux boycott des « filles et fils de » pointant du doigt le népotisme récurrent de l’industrie.

Pour la grande Tabu, après l’échec cuisant du film Fitoor qui a fait un flop monumental, la série lui permet de revenir sur le devant de la scène et de diversifier sa présence à l’écran sous différentes plateformes. Outre les premiers rôles, nous retrouvons aussi les très talentueux Randeep Hooda, Shahana Goswami, Rasika Dugal, ou Vijay Varma qui complètent un casting qualitatif.

Entre les choix de raison et les dégâts de l’amour passionnel, Un garçon convenable nous plonge dans l’aube de cette Inde moderne et nous montre que malheureusement, certaines questions sont encore d’actualité.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Éditeur
Laila Soliman
16 jours il y a

Fine analyse des enjeux sociaux et politiques qui sont au coeur de cette série ! Je la met sur ma liste 🙂 !
Merci !

DESI - DO IT FOR THE CULTURE

FR - FRANCE

LIRE

REGARDER

NEWSLETTER

CONTACT