DO IT FOR THE CULTURE

FR - FRANCE

Sania Khan : abattue parce qu’elle voulait divorcer.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Sania Khan

Une jeune femme photographe et créatrice de contenu, née à Chattanooga, Tennessee et âgée de 29 ans. Originaire du Pakistan, Sania Khan était en pleine procédure de divorce et c’est via TikTok qu’elle racontait son vécu et son expérience concernant ce sujet aussi controversé soit-il. C’est pour cette raison que Sania a été tuée, parce qu’elle voulait tout simplement, divorcer !

Abattue par son ex- mari

Habitant de Géorgie, son ex-mari Raheel Ahmed a voyagé jusqu’à Streeterville pour l’affronter, ce 18 juillet 2022. La police est arrivée à l’adresse de la copropriété sur East Ohio Street après avoir été invitée à effectuer un contrôle visant à vérifier si Raheel s’est rendu chez elle. Ce fut malheureusement le cas. 

Sania a été retrouvée morte, tuée par balle par son ex-mari. Ce dernier, après avoir entendu la police arriver, s’est tout de suite donné la mort. 

Durant toute leur relation, Sania Khan affirmait avoir subi des violences conjugales qu’elle a rapporté à la police. Mais peu de mesures ont été prises pour la protéger. N’ayant pas supporté cette relation qu’elle qualifiait de « toxique » elle a décidé d’y mettre fin. Ceci a fortement déplu à sa famille, qui, ne cessait de l’inciter à respecter les normes sociétales allant à l’encontre de sa décision et essayait ainsi de la forcer à rester sous cette emprise. Et ce, malgré le danger auquel elle était exposée. 

Le 14 juin, Sania a publié une vidéo avec cette légende / Twitter.

Jusqu’à quand ?

Une question continue et ne cesse de se poser : quand est-ce que les femmes seront-elles  réellement protégées ? Quand est-ce que le système mettra en place de vraies mesures permettant d’assurer la sécurité à celles qui ont subi, qui subissent et qui subiront des violences conjugales ? Quand est-ce que cette stigmatisation vis à vis des femmes divorcées s’arrêtera-t-elle ?

A toutes ces femmes qui ont été battues à mort, brûlées vives, tuées par balle, poignardées, et à toutes celles qui subissent de telles violences, nous vous présentons nos excuses.

Nous nous excusons d’être incapables de vous protéger. Nous nous excusons à la place de ce système qui ne vous protège pas et qui ne punit pas vos conjoints violents. Nous nous excusons à la place de cette société qui ne vous soutient aucunement, bien au contraire, elle vous incite à subir et rester silencieuses au nom de ses “valeurs et principes”.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Habib
4 mois il y a

Une question d’actualité maîtrisée et pour laquelle ton encre met en lumière son importance tant l’enjeu de cette problématique est évident. Mes félicitations pour ce style d’écriture, cette lexicologie impeccable, et ce travail de rédaction à la hauteur des lettres des plus grands journaux.