DO IT FOR THE CULTURE

FR - FRANCE

Inondations meurtrières au Pakistan

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp


Le pays fait face depuis quelques jours à des inondations d’une ampleur dévastatrice touchant tout le pays dont majoritairement les régions du Balochistan, du Sindh, du Khyber Pakhtunkhwa (KPK) et du Punjab. 

Une saison redoutée

Chaque année la période des moussons est redoutée au Pakistan même si elle succède à la plus forte période de chaleur de l’année. S’étalant de juin à septembre, elle permet d’apporter l’eau nécessaire pour les cultures agricoles et permet de constituer la réserve principale d’eau du pays. 
Cette année, les pluies diluviennes ont fragilisé les terres et ont fait déborder l’un des plus grands fleuves du pays, l’Indus. Ce fleuve mesure plus de 3 000 km et traverse tout le pays pour se jeter dans la mer d’Oman. Il prend naissance au Tibet en Chine dans la chaine de l’Himalaya en passant par l’Inde. 

Un nombre historiquement élevé de victimes et de nombreuses maisons détruites

Plus de 1000 morts sont comptabilisés à ce jour. Près d’un million de maisons complètement détruites et plus de 30 millions de victimes sous le choc se retrouvent dans la rue. Certains ont tout perdu en un instant. Des centaines d’hectares de récoltes ont été ravagées et des milliers d’animaux d’élevages n’ont pas pu être sauvés.

L’armée évacue des habitants de Rajanpur, dans le district du Punjab, samedi 27 août.  ASIM TANVEER / AP

Les immeubles, les routes, les ponts et les barrages ne tiennent plus face à la puissance de ce déluge sans précédent. Des vidéos spectaculaires montrent des glissements de terrains ou des habitations qui tombent. Les victimes n’ont pas le choix que de quitter leurs régions et trouver un lieu de refuge. D’autres se trouvent bloqués ou refusent parfois de partir. Comme à Charsadda et Nowshera au KPK, les familles se sont réfugiées sur les autoroutes avec leur bétail. Des aides locales s’organisent au fur et à mesure. Des sauvetages ont lieu avec les moyens à disposition.

Une maison détruite par les inondations près de Quetta, samedi 27 août.  ARSHAD BUTT / AP

Selon les autorités, cette catastrophe serait identique à celle de 2010, la plus meutrière que le pays ait connu avec plus de 2 000 morts. 

Les actions gouvernementales face à ce désastre


L’État d’urgence a été décrété par la ministre du Changement climatique, Sherry Rehman depuis ce vendredi 26 Août 2022. Elle a lancé un appel à l’aide internationale. Le Premier ministre Shehbaz Sharif a annulé ses déplacements afin de superviser les opérations de sauvetage.

L’ancien Premier ministre Imran Khan (président du parti politique PTI) s’est également déplacé dans les territoires touchés par les inondations. L’armée a été réquisitionnée et va offrir un mois de salaire de tous les officiers pour faire face aux pertes. 

Comment aider ?

Suite à cet exemple plusieurs citoyens pakistanais ont décidé de verser une partie de leur salaire pour venir en aide aux victimes des ces inondations. La population pakistanaise s’organise aussi à l’internationale. Via les réseaux sociaux, tous les pakistanais dont les overseas (immigrés) lancent des appels aux dons. 

A cet égard, vous retrouverez sur nos réseaux sociaux les liens d’aides et des profils qui participerons aux différentes collectes et dons. 

Nous faisons appel à votre solidarité ! Toute aide la plus petite qui soit est toujours précieuse et la bienvenue.

Toute l’équipe d’IAMDESI apporte son soutien, sa solidarité, sa force et ses prières aux familles et victimes pakistanaises touchées par cet horrible désastre climatique.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments